LES SERVITUDES DU PACTE COLONIAL

Publié le par Professeur MAMADOU KOULIBALY

Lorsque l’Afrique noire dénonce le pacte colonial...
LE PROFESSEUR MAMADOU KOULIBALY INVITE LA JEUNESSE PANAFRICAINE À LIRE SON LIVRE (QUI EST EN FAIT UNE COMPILATION DE TOUS LES ACCORDS « TAILLÉS SUR MESURE » EN FAVEUR DE LA FRANCE, ET TENUS SECRET PAR LES GOUVERNANTS AFRICAINS), POUR DÉCOUVRIR LA FACE HIDEUSE DE LA CODIFICATION DE L’EXPLOITATION DES RICHESSES DE L’AFRIQUE PAR LA MÉTROPOLE.

 
Mamadou Koulibaly lance une croisade africaine

 

 

Devant un parterre de personnalités et de participants venus d’Afrique, d’Europe et des Etats-Unis d’Amérique, le président de l’Assemblée nationale a d’abord retracé dans son exposé liminaire, le contexte de l’accession à la souveraineté internationale des ex-colonies françaises d’Afrique. Mettant en parallèle la Déclaration d’indépendance des treize colonies britanniques des Etats-Unis et celle de la Côte d’Ivoire (p.60 du livre), Mamadou Koulibaly dira que les pays africains francophones ont acquis « une indépendance sur papier mais dans les faits, ils sont restés tous dépendants » vis-à-vis de la France - hormis la Guinée qui a dit « non » à De Gaule et au principe de la Communauté. Comme justificatif de cet état de fait, le professeur Mamadou Koulibaly invite tous les peuples africains à lire son livre (qui est en fait une compilation de tous les accords « taillés sur mesure » en faveur de la France, et tenus secret par les gouvernants africains), pour découvrir la face hideuse de la codification de l’exploitation des richesses de ces pays par la métropole.
Pour le président de l’Assemblée nationale, « ce livre est un véritable plaidoyer pour le changement des relations entre la France et ses ex-colonies ». Mamadou Koulibaly dénonce les effets pervers de ce « pacte colonial », qui donne à la France la possibilité (non écrite dans ces accords mais contenue dans leur esprit) de ne pas respecter la contrepartie de ses engagements internationaux vis-à-vis des États affranchis de sa tutelle. Le président du Parlement ivoirien explique qu’« il était temps de mettre au grand jour ces inégalités dans l’exécution de ces contrats internationaux ». Afin que les intellectuels africains puissent, en toute connaissance de cause, utiliser toutes les voies de droit qui s’offrent à eux, notamment la saisine de la Cour internationale de Justice, pour demander la rupture de ces accords inégaux.

« Cet ouvrage revendique qu’on nous délie les pieds et les poings, car il faut que l’Afrique soit libre. La liberté existe et nous devons la prendre. Pour y parvenir, nous devons aller sur le terrain du droit et de la justice contre la France » , a indiqué Mamadou Koulibaly. Qui nourrit l’espoir qu’« après la lecture de ce livre, si les clameurs montent dans les quartiers, peut-être qu’un chef d’État africain pourra enfin dire à Jacques Chirac, lors d’un sommet : et si on parlait de pacte colonial ? » La dédicace du livre « Les servitudes du pacte colonial » a suivi cette brillante intervention du président de l’Assemblée nationale. Et le rideau est tombé sur ces « 72 heures pour dire non au pacte colonial », par la projection du film-documentaire « La victoire aux mains nues » du cinéaste-directeur du Palais de la Culture, Sijiri Sidiki Bakaba.

L’Union fait la force ! - 37.4 ko
L’Union fait la force !

Infos relayées par ETILE René-Louis

©2004 Africamaat. Tous droits réservés.

Publié dans Faits Historique

Commenter cet article