DECISION DU GTI

Publié le par BADREDDINE IMAD

Affi N’guessan : “La décision du GTI est nulle et de nul effet”
“La décision du GTI est manifestement nulle et de nul effet. Elle est nulle parce que le GTI n’a pas cette compétence de décider de l’avenir des institutions ivoiriennes. La mission du GTI est une mission d’évaluation et de contrôle en vue de faire des recommandations au conseil de sécurité de l’ONU et au conseil de paix et de sécurité de l’Union Africaine. Le GTI n’a aucun pouvoir de décision. En prenant donc une telle position, cette structure sort de son cadre de travail; elle sort de ses compétences et de son mandat. Deuxièmement cette décision est nulle parce qu’elle est en violation de la résolution 1633. Dans cette résolution qui crée par ailleurs le GTI, il est clairement mentionné que les institutions doivent fonctionner normalement jusqu’ aux prochaines élections. En décidant de mettre fin au fonctionnement de l’assemblée nationale, le GTI viole la résolution 1633 qui est d’ailleurs la base du processus de paix actuel. Le GTI viole par ailleurs la constitution. Puisque l’avis du conseil constitutionnel indique clairement qu’étant donné que nous sommes sous l’égide de l’article 48, le parlement se réunit de plein droit jusqu’à la fin de la crise. En prenant donc cette position, le GTI s’attaque aux institutions ivoiriennes. Le GTI ne reconnaît pas l’avis pertinent du conseil constitutionnel. Et le GTI entre dans une logique de coup d’Etat que nous ne saurions cautionner”.


Alpnonse Djédjé Mady (SG PDCI) : “La décision du GTI n’est pas conforme à la résolution 1633”

“Le PDCI RDA pense que la décision prise par le GTI n’est pas conforme aux disposition, de la résolution 1633 du conseil de sécurité. Et je pense qu’il faut que les Ivoiriens sachent ce que dit le point 11 de la résolution 1633 avant de juger la décision qui a été prise. Ce point 11 dit que, le conseil de sécurité invite le groupe de travail international, notant que le mandat de l’assemblée nationale prend fin le 16 décembre 2005, à consulter toutes les parties ivoiriennes, si nécessaire en liaison avec le forum du dialogue social mentionné au paragraphe 11 de la décision du conseil de paix et de sécurité, en vue de faire que les institutions ivoiriennes fonctionnent normalement jusqu’à la tenue des élections en Côte d’Ivoire. La question qui est posée à ce point 11 est de demander au GTI de voir avec les acteur politiques ivoiriens comment les institutions ivoiriennes peuvent fonctionner normalement jusqu’aux prochaines élections. De là à poser la question de leurs existences, je dis que cela fait deux choses différentes. C’est pourquoi le PDCI dit que la décision du GTI n’est pas conforme à la 1633”.

Publié dans Actualités

Commenter cet article

voyance gratuite par email 13/05/2016 13:51

Merci pour ces bons moments sur votre blog. Je suis souvent au poste pour regarder (encore et toujours) ces merveilleux articles que vous partagé. Vraiment très intéressant. Bonne continuation à vous !