SANCTION DE L'ONU

Publié le par RMK Yobouet

Pourquoi Fofié, et pas les autres ?


Blé Goudé, Eugène Djué et Fofié Kouakou. C’est le tiercé que la France demande à l’ONU de sanctionner. Via sa liste déposée jeudi dernier aux Nations unies, Paris appelle la communauté internationale à sévir, toujours dans sa droite ligne de déstabilisation du régime Gbagbo. Cette fois-ci, la Chiraquie a décidé de jouer les équilibristes. Le mouton du sacrifice s’appelle Fofié Kouakou. Il est accusé de violation de droits de l’homme et de recrutement de mercenaires et d’enfants soldats.
La présence du commandant de zone de Korhogo sur la fameuse liste est une stratégie de Chirac visant, une fois de plus, à détourner l’attention de tous les observateurs de la crise ivoirienne. En décidant de sanctionner Fofié, la France veut montrer à l’opinion internationale qu’elle reste neutre dans la crise ivoirienne. Et pourtant.
La même France reste bouche bée devant les déclarations intempestives de Guillaume Soro visant le sabotage du processus de paix. Le Secrétaire général du MPCI continue de soutenir mordicus sa non-participation aux Conseils des ministres. Pis, il pose des conditions. La plus fraîche, c’est la tenue de ces séances de travail à Yamoussoukro, qui devrait devenir une zone verte débarrassée des FDS.
Sûr de son impunité, Soro nargue tout le monde. Pour lui, les sanctions n’existent pas. Celui qui les prend n’est autre que son «Papa Chirac», le commanditaire de la guerre en Côte d’Ivoire. La preuve, les massacres perpétrés par Soro lors de la guerre de clans IB-Soro sont restés impunis jusqu’à ce jour. Notamment les morts atroces d’Adams, Kass, pour ne citer que ceux-là. Le rapport l’accablant en son temps, n’a jamais été publié parce que le représentant spécial de Kofi Annan d’alors, le sieur Albert Tévoédjré, avait fait le nécessaire. Idem pour l’affaire des 57 gendarmes massacrés. Toujours aucune sanction pour Soro et ses gâchettes que sont Shérif Ousmane, Wattao, Koné Zakaria,…
A travers ces sanctions qu’elle veut voir appliquer, la France continue de façonner son croquis diabolique. Celui d’empêcher la tenue d’élections démocratiques avant la date du 31 octobre 2006. Et ainsi, se présenter devant l’ONU pour officialiser tout simplement la mise sous tutelle de la Côte d’Ivoire. Laurent Gbagbo sera ainsi évincé, et Charles Konan Banny présidera aux destinées du pays. Pour la protection des intérêts de la France chiraquienne.


Publié dans Actualités

Commenter cet article

voyance gratuite en ligne par mail 01/06/2016 09:52

J’aime beaucoup ton article, je le trouve très bien écrit et structuré cela change car on a pas souvent l’occasion de voir ce genre d’article.