Trompettes de l’obscurantisme.

Publié le par Vision-Vérité-Côte d’Ivoire.

Pour dominer le monde et l’avoir dans sa poche :Trompettes de l’obscurantisme, d’abord …et sanctions ensuite !


Opinion - Dans cette contribution, l’auteur fait une explication détaillée de l’obscurantisme, aujourd’hui révolue en Côte d’Ivoire. Eu égard à cette «conscience collective capable de provoquer le sursaut national».


Une chose est certaine, c’est que, depuis le début de la guerre, il est des savoir-faire sordides qui sont utilisés à pleins rendements : tels les mensonges des grandes puissances, avec à leur tête la France de Chirac. A preuve, Paris Match N°02533. Et cela est bien douloureux pour les Français qui pensent et qui voient la décadence des Lumières. Cependant, il est des peuples qui grandissent dans la douleur mais dans l’honneur, aujourd’hui libérés des piquantes salades obscurantistes des voyous à cols blancs, de l’autre côté de l’océan. La France recule, avec Chirac ; l’humanité avance.

L’obscurantisme c’est quoi ? Ce sont de savantes démonstrations destinées à «embrouiller» l’opinion, destinées à lui faire prendre des vessies pour des lanternes. C’est de la désinformation ! C’est du sophisme à tire larigot ! C’est de la moralisation condescendante et spécieuse, de la manipulation des consciences.
L’obscurantisme, c’est pour quoi faire ? Réponse simple : à profits sordides, on s’emploie à éteindre l’intelligence. C’est pour faire la guerre des mots et des idées contre les vérités que l’on veut combattre, contre le bon sens, contre les valeurs qui contrecarrent les intérêts égoïstes ; pour préparer et soutenir la guerre des armes; pour désorienter les esprits et enchaîner les forces vives de la Nation, pour corrompre le sens civique. L’obscurantisme a le goût du sang.
L’obscurantisme, c’est quelle contre vérité ? C’est le mythe réactionnaire selon lequel seuls les politiciens en titre doivent assumer les problèmes et les orientations du pays. C’est le mythe selon lequel les citoyens n’auraient d’autres pouvoirs que celui des urnes… trafiquées. C’est le mythe selon lequel le peuple dans la rue, c’est la chienlit. Ce mythe tourne le dos à la démocratie, mais il permet à l’obscurantiste d’assouvir ses ambitions au parfum des plus grandes incohérences, sans que cela le gêne.

En Côte d’Ivoire, le temps de l’obscurantisme est révolu car l’homme de la rue n’est pas une brute écervelée. En Côte d’Ivoire, il y a, aujourd’hui, une conscience collective capable de provoquer le sursaut national nécessaire, et à point nommé, pour renforcer et justifier le pouvoir des garants officiels de la souveraineté nationale et de la République. En Côte d’Ivoire, les hommes des barricades prennent la radio et la télévision, non pas comme des voyous, mais pour rappeler et rappeler, par exemple, que le combat n’est pas contre les étrangers et les biens privés et publics mais contre l’occupant qui s’arroge des droits contraires à sa Constitution. Et la gouaille de RFI et des caisses de résonance locales que disent-elles ? «Les patriotes ont pris la télévision et ont molesté…». Les messages de ces vilains patriotes sont sans importance, bien sûr. La chienlit, qui la provoque ?
Hier, en France, ce fut le «Siècle des lumières». Ce prestige historique, gagné, à l’époque, dans le sang, la répression, la délation et l’obscurantisme, la France de Chirac ne pourra pas le souiller longtemps encore. Quoiqu’il en soit la dialectique de l’histoire se perpétue au plan de l’humanité et les grands enseignements d’un peuple passent aux autres qui, à leur tour, ensemencent cette humanité de nouvelles valeurs tirées de leur spécificité. La Côte d’Ivoire, aujourd’hui est comme la France hier, et nous voyons, enfin, (cf. certains articles et émissions récemment réalisés en France, à la suite des «4 jours de barricades pour l’Assemblée Nationale», et des réactions de parlementaires…) que l’obscurantisme de Chirac à l’adresse des Français de France commence à connaître la débâcle. C’est au mérite de la Résistance de Côte d’Ivoire, qui apporte sa contribution aux combats contre l’arbitraire, au plan international.
Aujourd’hui, les «Lumières», ce bien universel, brillent en Côte d’ivoire et c’est le commencement de la fin de l’obscurantisme colonial, néo colonial et impérialiste en Afrique.
Aujourd’hui, en Côte d’Ivoire, la grande et noble valeur qui éclaire le peuple, c’est : «Pour la Nation ivoirienne : à chacun son rôle, à chacun sa contribution, à chacun son devoir civique !». La Nation Côte d’Ivoire de demain, c’est l’affaire de tous, au jour le jour. Les hommes et les femmes ont acquis la conscience qu’ils peuvent et doivent avec «les nouveaux politiciens» produire une synergie positive nécessaire à la mutation pour le progrès de leur pays. Eclairée, est cette lutte.
Cependant, les pièges de l’obscurantisme sont grossiers, au lendemain des «4 jours de barricades pour l’Assemblée Nationale».
Il faut inoculer de l’obscurantisme car c’est avec cette arme que les vampires peuvent tenter de justifier leurs inadmissibles tueries, couvrir «l’inavouable» (Ne craignons pas de faire référence au livre de Patrick de Saint-Exupéry sur la France au Rwanda). Pourquoi en Côte d’Ivoire les forces dites impartiales tirent à balles réelles sur des manifestants aux mains nues (5 morts à Guiglo, dont des enfants / des blessés à Abidjan) alors qu’en France, par exemple, les forces de l’ordre dispersent à coups de matraques, de lacrymogènes et autres moyens dissuasifs, des manifestants très surexcités qui incendient et détruisent, pourtant.
Il faut inoculer de l’obscurantisme car c’est avec cette arme que les moralisateurs agréés peuvent tenter d’expliquer pourquoi, Forces «impartiales», ils sont simples observateurs devant les exactions des rebelles et pourquoi ils sévissent brutalement contre les patriotes.
Ils doivent, aussi, distiller de l’obscurantisme pour se donner le prétexte de sanctions contre les défenseurs de la souveraineté nationale.
Biscuits vitaminés – mensonges – harcèlements - humiliations / Humiliations – harcèlements – mensonges - biscuits vitaminés ! Voilà les belles et grandes mesures humanitaires, côté grandes et belles puissances !
L’obscurantisme consiste en un lavage de cerveaux qui fait perdre la boussole à la conscience, qui culpabilise et asservit.
Donc, voici, à nu, quelques pièges obscurantistes «qui disent l’histoire vraie» des «4 jours de barricades pour l’Assemblée Nationale».

Premier piège : «Vous avez mal compris ! Dissolution n’est pas refus de prorogation ! Et, d’ailleurs, le GIT n’a pas le pouvoir de se prononcer !»
Mais, alors, si tel est le cas, le GIT se serait réuni à grands frais et à grands cris pour accoucher d’une souris ou d’une simple lapalissade ? Non, mais non ! Nous ne sommes pas dupes du jeu de mots obscurantiste qui consistait, réellement, en une énonciation à conséquence monstrueuse, implicite et à peine différée : «Exit l ‘Assemblée Nationale en Côte d’Ivoire !». Le langage codé du GIT n’a pas trompé les patriotes et toutes les déclinaisons obscurantistes ne décervellent pas les citoyens ivoiriens, pas plus aujourd’hui qu’hier.

Deuxième piège : «Les patriotes c’est la rue, c’est l’anarchie et la violence !».
Mais, à cette allégation fait écho «Diviser pour régner». C’est l’objectif que le GIT est contraint d’utiliser pour affaiblir la résistance. Or, les patriotes, envers et contre lui, ont joué le rôle qui leur incombe de droit et ils l’ont joué sans entraver le rôle des politiciens en titre qui défendent la République, puisqu’au moment voulu, ils se sont retirés de la rue. La «chienlit» ? Accusation irrecevable ! Et si à Abobo sont arrivés les spécialistes de la machette et la mort dans leur sillage, quel cœur de citoyen, de Côte d’Ivoire ou d’ailleurs, fera-t-il l’amalgame avec le combat des patriotes ? Faut-il que le peuple ivoirien devienne la malheureuse brebis de Mr Seguin pour avoir l’onction de l’ONU et de son Conseil de Sécurité ?
«Des gens» les vilipendent à coups d’anathèmes forcenés: « Ils ont mis en danger l’économie nationale ! ». Tiens, malgré donc les lanternes du GIT, nous savons que sauver l’Assemblée Nationale, c’est aussi, sauver l’économie de la Côte d’Ivoire des mandibules dévoreuses et dévastatrices des multinationales, ces fourmis magnans ! Le peuple ivoirien n’est plus politiquement analphabète. L’économie ivoirienne n’a-t-elle pas infiniment plus souffert et ne souffre-t-elle pas au quotidien, dans le Nord, des exactions des rebelles et de tous leurs complices internationaux qui savent piller et «exporter» les richesses du pays ? Et combien de femmes, dont on ne s’est pas soucié, sont mortes, des bébés, encore, dans leurs entrailles ou dans leurs bras, pendant les assauts de la rébellion ! La probité de «ces gens» est bien douteuse, sinon corrompue !

Troisième piège : «Occupation par la rue de la RTI, cette institution NEUTRE, haut lieu de l’information impartiale !». Ah ! «impartial/impartialité», ces termes qui donnent un blanc-seing à ceux qui meurtrissent sauvagement la Côte d’Ivoire ! Mais, quand la démocratie (qui n’est pas objet de musée) est muselée, elle reprend ses droits, non ? On piétine le droit à l’information, et l’on s’étonne des réactions. A croire qu’un homme civilisé est une… lavette !
Obscurantisme, obscurantisme, tu es la lumière des dupes ! Ce sont les mêmes qui pour faire de la spéculation financière pratiquent la spéculation obscurantiste avec des mots, les idées et les valeurs les plus nobles.

Quatrième piège, que bientôt on nous tendra : «Le seul objectif, aujourd’hui, c’est le désarmement et la réunification !». Certes, mais qu’au soleil de ces objectifs fondamentaux les Ivoiriens ne ferment pas les yeux sur toutes les tentatives de mise sous tutelle de la Côte d’Ivoire, aux fins de laquelle Chirac, l’ONU et leurs valets utiliseront tous les chemins vicinaux, tous les chemins cachés.
Alors, c’est clair, aucune dose d’obscurantisme ne convaincra le peuple ivoirien qu’il n’est pas de son rôle de descendre dans la rue pour défendre SES Institutions.
De fracture il n’y a pas, entre ce peuple et son Président avec lequel il fait corps, parce que le rôle du peuple c’est de prendre pied dans le combat et de marquer sa détermination à aller au bout de l’objectif principal : la souveraineté nationale pour le progrès social. Il peut le précéder, mais jamais, le devancer, comme durant ces «4 jours». Pour eux, il n’y a pas eu de «mur» (Paris Match), mais, de l’ardeur, avec une discipline exemplaire, une immense ardeur refreinée
Le gouvernail, il le laisse aux politiciens en titre qui mesurent de façon plus pragmatique, surtout à l’échelle internationale, le conflit à résoudre en terme de rapports des forces et de possibilités de tracer la ligne du combat.
«A chacun son rôle», c’est ça la démonstration des «4 jours de barricades pour l’Assemblée Nationale» et aucun argument obscurantiste n’objectera, à raison contre, ce devoir citoyen, internationalement et historiquement reconnu.

De la manipulation pour dominer le monde : une dose d’obscurantisme, d’abord …et les sanctions pour l’humiliation, après…Dans ces conditions, pour ne pas souiller le prestige de la France des Lumières, nous préférons être citoyens du monde et combattre en Côte d’Ivoire l’obscurantisme que Chirac colle à la France, comme une lèpre odieuse, infamante, mais, inutile.

Publié dans Politique

Commenter cet article