Les tribulations déontologiques de l’adjudant Ménard

Publié le par IMS

 

  

   
« Je suis autoritaire. […] Je ne sais pas discuter et j’aime décider seul.» Ancien membre de la Ligue communiste révolutionnaire comme son ami Edwy Plenel, Robert Ménard – que ses esclaves de RSF surnomment « l’adjudant Ménard » – illustre le tournant pris dans les années 1980 par ces contestataires aux dents longues, passés de l’engagement critique et politique aux préoccupations « déontologiques » et « morales ».

  Deux activités remplissent l’existence de l’adjudant Ménard : parader dans les médias pour délivrer des certificats de « liberté de la presse », et saturer les lignes de ses confrères pour attirer leur attention sur le dernier « coup » de Reporters sans frontières. La frénésie téléphonique de Ménard est telle qu’à l’approche du 3 mai, date de la journée mondiale de la liberté de la presse de marché, les journalistes, harassés, se refilent le combiné en chuchotant : « MCM ! MCM ! » [« Merde, c’est Ménard ! », ndlr]. « Notre seule force, c’est notre poids dans les médias », rétorque le directeur de RSF. « La médiatisation de notre action n’est pas un supplément d’âme, c’est notre raison d’être. »

  L’adjudant Ménard a théorisé la guérilla médiatique : « Il faut savoir utiliser les techniques d’aujourd’hui : la publicité, le marketing. » Et surtout, savoir transmuer la censure en cirage : « Il m’est arrivé, en tant que directeur de l’association, de demander à des journalistes de ne pas trop parler de tel ou tel dérapage de tel ou tel confrère que nous défendons… La plupart des journalistes tiendront compte de mes remarques. »
   

  


« Déontologie » oblige, l’adjudant Ménard s’indigne parfois contre des « confrères » qui ne sont « pas à la hauteur de leur mission » : « Nous veillons, depuis, c’est vrai, trop peu de temps, à ne pas en faire des parangons de vertu quand nous savons que certains sont eux-mêmes corrompus et peu respectueux d’un minimum de déontologie. » De qui s’agit-il ? D’Yves Messarovitch (L’Expansion) qui fourbit à langue nue le piano du patron multimilliardaire Bernard Arnault ? De Christine Mital (Le Nouvel Observateur) qui reprise les phrases trouées de Messier et rédige son livre (lire PLPL n° 2-3) ? Que nenni ! Ces journalistes corrompus, l’adjudant Ménard les a détecté « au Cameroun » et « en Côte d’Ivoire par exemple, [où] toutes les grandes entreprises disposent d’un “budget communication” très particulier, destiné à payer les journalistes pour la parution ou la non parution d’un article ». À ces indigènes ignorants, l’adjudant Ménard compte prodiguer les principes élémentaires de déontologie forgés par les parrains célèbres de Reporter sans Frontières : Christine Ockrent, reine des plagiats et impératrice des « ménages » ; PPDA, sa fausse interview et ses bébés ramenés d’Irak dans des couffins : « Reporters sans frontières a toujours pu compter sur lui, note Ménard, et je ne vois pas pourquoi nous devrions nous fâcher. »

Publié dans Actualités

Commenter cet article

voyance gratuitement par mail 27/02/2017 11:41

Merci pour tout ce travail que cela représente et pour tout le plaisir que j’y trouve

voyance gratuite par téléphone 19/01/2017 14:16

C'est interessant de trouver comme ce genre de postes.

voyance en ligne 06/01/2017 12:00

Franchement c’est un super blog grâce a ce site j’ai appris beaucoup de chose j’adore ce blog continue ainsi …

voyance gratuite par mail rapide 06/12/2016 14:25

C'est interessant de trouver comme ce genre de postes.

voyance gratuite mail 24/11/2016 10:31

je passe en coup de vent pour te souhaité une bonne fin de journée gros bisous