Liban : A coeur vaillant, rien d'impossible

Publié le par IMS

Le cèdre majestueux continuera à tracer l’histoire du Liban Parmi les sujets dont il ne faut pas encore cesser de parler, il y a indiscutablement le Liban. Aujourd'hui il est urgent de l'évoquer avec insistance, parce que c'est un pays encore en état de guerre. Mais demain un Liban heureux reviendra, et la fortune qui favorisera les libanais audacieux pliera le sort à sa volonté et voici que reviendra le soleil des années glorieuses. Liban donc encore et toujours, tant que la paix ne s'y est pas encore installée. Après l'agression israélienne, qualifiée, le moins qu'on puisse dire, d'une des plus meurtrières, et qui fut un authentique génocide organisé, le Liban combat à l'heure présente sur deux fronts: à l'extérieur contre l'agression diplomatique, et à l'intérieur contre les traîtres à la haine forcenée.

1. Le programme israélien de démantèlement du Liban


Pour être explicite, voici de quoi il s'agit. Dans le programme sioniste publié à Jérusalem en 1982 par Oded Yinon, est clairement affirmée la nécessité de l'explosion et du démantèlement du Liban en cinq provinces ou cantons, ainsi que la nécessité du démantèlement de la majorité des pays du Moyen-Orient, car, comme il y est dit: «Il faut désormais disperser les populations, c'est un impératif stratégique. Faute de cela, nous ne pouvons survivre, quelles que soient les frontières». (1) Quelqu'un pourrait demander: «Mais pourquoi? Quel intérêt aurait Israël à anéantir tous ces pays? Difficile à croire, qu'il serait réduit à semer tant de mal!». Eh bien, Israël vit de la mort des autres. Divide et impera, divise afin de régner. «Et pourquoi le Liban?», insisterait-on. «Quel profit tirerait Israël à détruire un si petit pays tel leLiban?!». Pourquoi? Pour trois raisons: 1. Israël veut l'eau du Liban, notre monnaie forte, notre pétrole blanc. Il souffre de manque d'eau. Il a soif. Et le Liban avec ses richesses hydriques lui fait venir, pour ainsi dire, l'eau à la bouche. 2. Israël est enragé du système économique prospère dont le Liban a toujours joui, et de la solidité extraordinaire de son secteur bancaire. Il profite largement de la situation de guerre au Liban. Cette première place financière et commerciale, ce principal centre d'affaires pour l'ensemble des pays du Moyen-Orient, Israël veut le détruire. Et penserait-il peut-être pouvoir se substituer à lui?! 3. Et surtout, Israël veut faire éclater le seul pays multiconfessionnel et multiculturel de la région, car le Liban, tout au long de son histoire, a toujours été une terre de refuge ouverte à tous les persécutés, qui y ont trouvé une générosité et une hospitalité telles qu'ils s'y sont acclimatés et que sur leur culture s'en sont greffées d'autres, de façon à former, au fil des âges, notre Liban d'aujourd'hui: un et pluriel. Alors qu’Israël est «une démocratie d'orientation raciale», comme le dit Gilad Atzmon (2), la présence d'un pays voisin multiracial, multiculturel et multiconfessionnel, dérange. Cela suppose que la convivialité est possible, alors qu' Israël fait tout pour chasser définitivement les palestiniens de leur terre afin qu'il devienne entièrement une terre pour juifs pur-sang.

2. Le vrai visage d'Israël


Aujourd'hui en Israël est nommé vice premier ministre et ministre aux menaces stratégiques le leader du parti «Israël Beitenou» (ce qui signifie «Notre maison Israël»), Avigdor Lieberman, dont Julien Salingue, dans son article «Avigdor Lieberman: le vrai visage d'Israël» (3), relate les mots: «Je suis tout à fait favorable – affirme Avigdor Lieberman – à la démocratie, mais lorsqu'il y a contradiction entre les valeurs démocratiques et les valeurs juives, les valeurs juives et sionistes sont prépondérantes». «Au-delà de ces déclarations – ajoute Salingue – Lieberman n'a jamais caché qu'il avait un projet très clair pour régler la question palestinienne: nettoyage ethnique et constitution de cantons». Toujours en Israël il y a bien de rabbins extrémistes et sectaires, dont le magistère de barbarie talmudique et sioniste est bien exprimé par les paroles de l'un d'entre eux, le rabbin Youssef Falay, qui appelle ouvertement – comme le relate l'«International Middle East Media Center - IMEMC» – à la déportation et à l'extermination de tous les mâles palestiniens. Dans un article intitulé «Parcours de guerre», en effet, rabbi Youssef Falay s'exprime en ces termes: «Nous devons garantir qu'aucun palestinien ne reste sous notre occupation. Si les palestiniens s'enfuient, tant mieux; mais si quelqu'un d'eux décide de rester, alors il doit être exterminé». (4) Un parlementaire israélien, Eitan, déclara d'ailleurs ouvertement le 11 septembre 2006 – au cours de la fonction commémorative du lieutenant Amihai Merhavia, tué en juillet 2006 au sud du Liban au cours de l'agression israélienne – la nécessité de jeter hors de la Palestine (qu'il dénomme «Judée et Samarie») tous les palestiniens (qu'il appelle «les arabes»): «Nous devons expulser tous les arabes de la Judée et de la Samarie. [...] A quelques-uns d'entre eux il pourrait être permis de rester sous certaines conditions, mais la majorité devrait s'en aller». Plus explicitement, rabbi Yousef Falay – qui vit dans la West Bank, à Yitzhar, un territoire arraché illégalement et violemment à ses propriétaires palestiniens – le 18 septembre 2006 a lancé «un appel au gouvernement israélien afin qu'on utilise les troupes pour tuer tous les mâles palestiniens de plus de treize ans, dans l'espoir d'effacer la présence palestinienne de cette terre». (5) Alors, aucun scandale suite à l'appel du philosophe Jostein Gaarder, dans son article intitulé «Un peuple élu de Dieu», à ne plus reconnaître l'Etat d'Israël, vu que, au nom d'une ancienne "élection" perdue et défigurée, il s'arroge le droit de transgresser avec une barbarie sans limite les principes premiers mêmes du droit naturel, qui protègent tout être humain: «Se comporter en "peuple élu de Dieu", c'est être non seulement stupide et arrogant, mais c'est commettre un crime contre l'humanité. Cela s'appelle le racisme. Notre patience atteint ses limites et notre tolérance n'est pas infinie. Nous ne croyons pas aux promesses divines en tant que prétexte pour occuper le territoire d'autrui et pratiquer la discrimination raciale. [...] Le royaume de Dieu n'est pas la restauration manu militari du royaume de David». (6) Byblos, d'où sortit notre alphabet

3. Si tu veux la paix prépare la guerre


Ce que Israël n'a pas pu réaliser du 12 juillet au 14 août 2006, c'est-à-dire se débarrasser définitivement du Liban (car la guerre était bel et bien voulue et préparée contre le Liban depuis bien avant Juillet, comme l'a révélé le même Olmert!), les diplomaties occidentales s'en chargent, à l'aide de la veulerie de la caste politique libanaise appartenant à cette minorité "majoritaire" qui s'arroge autour de Siniora le monopole du gouvernement, plus précisément à l'aide de ceux qui appartiennent à la classe mafieuse et sanguinaire. Tous ensemble, ils veulent mettre le Liban à genoux. Aujourd'hui continue à exercer ses fonctions un pseudo- gouvernement Siniora clairement illégal et anticonstitutionnel. Un million et demi de libanais sont descendus le 1er décembre 2006 au centre ville devant le Sérail, siège du premier ministre, pour demander la démission de ce faux gouvernement. Depuis, le sit-in continue, non violent comme de rigueur. Pourquoi, malgré les revendications de tout un peuple, ce gouvernement illégal (assisté bien sûr par la complicité politique et diplomatique du "vénérable" consensus international, ce que nous devrions appeler de son vrai nom «le gang des démocraties»), continue à feindre sa propre existence, en authentique usurpateur?

4. Le «bal des Ambassadeurs»


Nous assistons depuis la fin de l'agression israélienne, c'est-à-dire depuis août 2006, au «bal des ambassadeurs», plus précisément ceux des Etats-Unis et de la France, s'acheminant allègrement du domicile d'un mafieux quelconque ou d'un chef de bande à celui de sanguinaires criminels de guerre (Geagea et Joumblat), au Grand Sérail de Beyrouth, au siège du Patriarche maronite... Pourquoi ces illustres ambassadeurs turbinent-ils tant? Pour turlupiner le peuple! Turlututu, chers libanais! Vous ne voulez pas de ce gouvernement? Nous oui! Nous, c'est-à-dire des gouvernements étrangers qui voulons décider à votre place. C'est ce qu'on appelle ingérence dans les décisions politiques d'un pays. Comme si le Liban devait toujours avoir recours à la tutelle de je ne sais quel pays pour résoudre ses problèmes internes! Et vive l'«hypocrisie démocratique». Sans l'appui acharné des Etats-Unis et de la France ce pseudo-gouvernement Siniora ne serait qu'une loque et tomberait, selon toute justice. Parallèlement, ces ambassadeurs contribuent de tout leur poids à faire arriver le pays au gouffre, concédant aux traîtres, ceux qui n'ont jamais fait cas de l'intérêt du Liban et des libanais et ont toujours été à la solde de n'importe quel acquéreur, le droit de promouvoir le plus possible de désunion, de confusion et d'inquiétude, dans le but de provoquer – ce qu'ils souhaitent! – une agitation sociale généralisée et catastrophique, le chaos total, le coup de massue final. De la prière avant toute chose. C'est le chapelet de cette vieille dame qui aura aussi contribué à sauver le Liban.

5. Les traîtres


Ces traîtres sont la réelle minorité qu'on appelle «majorité du 14 mars», où s'entassent les vieux filous de toujours, avec à leur tête les Geagea (dont tout le Liban rappelle les crimes innombrables), Joumblat (idem), Saad Hariri (l'héritier de celui qui a plongé le Liban dans le gouffre d'une dette publique qui dépasse toute raisonnable capacité de remboursement, dette qui semble aujourd'hui arriver à plus de 50 milliards de dollars; Hariri qui continue la politique corruptrice de son père: «Tout s'achète et tout se vend!»), Amine Gémayel (qui va quémander à l'étranger, en premier lieu aux Etats-Unis, une présidence de la république que les libanais sont bien loin de lui octroyer)... On entend souvent répéter que «les chrétiens sont menacés». C'est vrai, ils le sont. Mais de la part de qui? Ils le sont avant tout par leurs traîtres – les traîtres chrétiens – dont les agresseurs israélo- américains font aujourd'hui leurs pantins, en attendant de les balayer après avoir écrasé le Liban. Ainsi que pour toute autre communauté libanaise – sunnite, druze ou chiite – s'il y a une menace qui pèse sur elle aussi, elle vient de leur poignée de traîtres, complices des ennemis du Liban et de chacune de ses communautés.

6. Les coeurs vaillants


Le Liban a aujourd'hui des cœurs vaillants: les libanais qui s'unissent par multitudes autour de deux hommes qu'ils ont la chance d'avoir à leur tête et à leur guide: le Général Michel Aoun et Sayyed Hassan Nasrallah. Il y a quelques siècles, l'unité du Liban avait commencé à être engendrée par l'oeuvre du grand prince Fakhreddine (1572-1635). Aujourd'hui elle se meut vers son accomplissement et dans sa marche elle est nourrie jour après jour sur les deux places du Centre Ville, Place des Martyrs et Place Riad Solh, où, sous les tentes du sit-in, des milliers de jeunes se relancent, vers l'unité accomplie qui est leur espoir, leur devoir et leur honneur. Les libanais sont bien conscients de la gravité de la situation actuelle. Il s'agit de la vie ou de la mort de leur pays. Mais ils résistent, chacun avec les moyens du bord. D'une chose ils sont certains: la solution à tous ces problèmes et l'heureuse issue arriveront, mais à un prix très cher. La mort les épie et ils la narguent intrépidement. Il n'y a rien à faire, c'est leur nature fondamentale: face au danger, nul fléchissement.

Jacqueline Amidi Beyrouth

 
Note 1) Oded Yinon, ancien fonctionnaire du ministère israélien des Affaires Etrangères ayant opéré au département du plan, publia en février 1982 en hébreu, sur le n° 14 de Kivunim, revue de l'Organisation Sioniste Mondiale, l'important article- dossier au titre «Une stratégie pour Israël dans les années 80». Ce dossier fut traduit en anglais et divulgué par Israël Shahak, sous le titre «Le plan sioniste pour le Moyen-Orient». Voir Oded YINON, The zionist plan for the Middle East, With Forward and Conclusion by Israel Shahak, in Alabaster's Archive, http://www.geocities.com/alabasters_archive/zionist_plan.html.

2) Gilad ATZMON, Israel's raids on Gaza and Lebanon. Echoes of the Wehrmacht, in CounterPunch, 14-7-2006: http://www.counterpunch.org/atzmon07142006.html.

3) Julien SALINGUE, Avigdor Lieberman, le vrai visage d'Israël, in ISM-France, 16-11-2006: http://www.ism-france.org/news/article.php?id=5796&type=analyse&lesujet=Racisme.

4) Jewish rabbi calls for extermination of all Palestinian males, in IMEMC News, 18-9-2006: http://www.imemc.org/content/view/21527.

5) IMEMC News, 18-9-2006, article cité.

6) Jostein GAARDER, Guds utvalgte folk, in Aftenpostgen.no, 5-8-2006:

http://www.aftenposten.no/meninger/kronikker/article1411153.ece. Traduction française par Marcel Charbonnier: Jostein GAARDER, Un peuple élu de Dieu, in Tlaxcala, 23-8-2006:

http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=986&lg=fr.

http://www.effedieffe.com/interventizeta.php?id=1838¶metro=esteri/

Publié dans Politique

Commenter cet article

voyance par mail gratuit 14/03/2017 13:03

Vraiment sympa ce site web

voyance gratuite par mail rapide 27/02/2017 11:37

Bravo ! Votre blog est l'un des meilleurs que j'ai vu !

voyance gratuite amour 19/01/2017 14:15

C'est interessant de trouver comme ce genre de postes.

voyance email amour 06/01/2017 11:59

J’adore vraiment ce que vous faites, bravo !!! Merci bien de partager avec nous cet article .

voyance sérieuse et gratuite 06/12/2016 14:23

Bravo ! Votre blog est l'un des meilleurs que j'ai vu !